130 associations au service des victimes partout en France, en métropole et dans les DOM - TOM et COM.

Pour être certain de contacter l'association de proximité, appelez la plate-forme téléphonique de l'INAVEM au 08 842 846 37, tous les jours de l'année, de l'étranger, le numéro est 00 33 1 41 83 42 08, ou bien envoyez un courriel à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou encore utilisez le formulaire ici.

Ces associations conventionnées par le ministère de la Justice ont reçu une consécration légale par la loi du 15 juin 2000, qui dispose que les victimes doivent être informées qu'elles peuvent être aidées gratuitement par des associations d'aide aux victimes conventionnées Justice.

A qui les associations d’aide aux victimes du Réseau INAVEM s'adressent-elles ?

Les associations s’adressent à :

  • Toute personne qui s’estime victime d’une infraction, qu’elle ait déposé plainte ou pas, qu’une procédure judiciaire ait été engagée ou non
  • Aux victimes d’accidents collectifs
  • A la famille de la victime, parents, enfants, proches, témoins directs

Des services gratuits proposés aux victimes, dans le respect de la confidentialité
  • Une écoute privilégiée est proposée afin de cerner les difficultés de la victime et lui offrir la possibilité d’un soutien psychologique, d’une information sur ses droits et d’un accompagnement social (démarches médicales, administratives…).
  • Les associations exercent également des missions ciblées : mineurs victimes, médiation pénale, prise en charge lors d’accidents collectifs, mesures de justice restaurative.
  • Les associations d’aide aux victimes travaillent en collaboration avec toutes les instances accueillant des victimes et elles peuvent autant que de besoin orienter ou mettre en relation les victimes avec des services spécialisés tels que des avocats, des services sociaux et médico-psychologiques, des mutuelles et compagnies d’assurance, des associations spécifiques afin que l’ensemble des besoins de la victime soit pris en charge et traité concomitamment.