L'INAVEM a des liens avec de nombreuses associations, tant dans le domaine de l'aide aux victimes, que dans des domaines connexes, qui permettent aux victimes d'être orientées de manière complémentaire, et assistées sur la totalité de leurs problématiques. L'INAVEM entretient également des liens privilégiés avec de nombreux associations de victimes, qui se sont constituées à la suite d'un drame individuel ou collectif.

2015

L'INAVEM et l'Association Nationale des Médiateurs ont signé un partenariat 

ANM G Planes2015Lors de la Conférence des Présidents de décembre 2015, Michèle de Kerckhove, présidente de l'INAVEM et Gabrielle Planès, présidente de l'ANM, ont signé un partenariat qui a notamment pour objet de généraliser les échanges d'information, de développer des synergies dans la promotions de valeurs et des principes de médiation, et de promouvoir des modules de formation, des séances de supervision auprès des médiateurs des deux réseaux. 

Connaître l'ANM

L’ANM, créée en 1993, regroupe quelque 400 médiateurs et organisations impliquées dans la médiation. L’ANM est active à travers ses délégations régionales sur tout le territoire national. Elle est active à travers ses partenariats au niveau international. Les médiateurs de l’ANM, issus de très nombreux secteurs professionnels, exercent dans tous les champs de la médiation.

Selon l’article 2 de ses statuts, l’ANM a pour objet
1. d’offrir aux médiateurs un lieu d’échange, de formation et de perfectionnement et de leur apporter un soutien professionnel,
2. de promouvoir et favoriser la médiation par tous moyens appropriés,
3. de proposer à toute personne, physique ou morale, privée ou publique, des médiateurs dont elle reconnaît la compétence et l’indépendance.

Centre de formation, elle assure des actions de formation initiale et continue, ainsi que des séances d’analyses de pratiques, afin de contribuer à la professionnalisation des médiateurs.INAVEM ANM 2015web

Centre de promotion, elle organise de nombreuses manifestations visant à développer la médiation et à promouvoir ses valeurs auprès du grand public et des autorités politiques ou judiciaires.

Centre de médiation, elle propose des médiateurs indépendants et professionnels dans toute la France et sur le plan international afin d’assurer des médiations entre particuliers et/ou organisations en conflits. Elle veille à la pratique de la médiation dans le respect des principes éthiques et déontologiques de cette dernière.

Soucieuse de mieux inclure la médiation pénale dans ses réflexions et dans ses actions, l’ANM voit dans le partenariat avec l’INAVEM un moyen privilégié d’œuvrer dans cette direction et de contribuer ainsi au développement général de la médiation, tant conventionnelle que judiciaire et, dans ce dernier cas, en matière pénale comme en matière civile.

 

Sous l'implusion notamment de Nicole Tercq (à gauche sur la photo) et de Janie Bugnion de l'ANM (à droite), 
tant l’ANM que l’INAVEM voient dans leur partenariat la possibilité de formaliser et de développer les relations entre les deux associations, d’affirmer leur reconnaissance réciproque et leur volonté de travailler ensemble sur tout sujet où cette coopération peut contribuer à promouvoir la médiation dans son ensemble, tout en constituant pour la médiation pénale en particulier un relais utile à sa visibilité et à son développement. 

Pour en savoir plus sur l'ANM

 

Le 21 décembre 2015, l'INAVEM et la LICRA ont signé un partenariat.

Cette convention a pour objet de formaliser les relations entre les deux fédérations associations et d’affirmer leur reconnaissance réciproque et leur volonté de travailler ensemble sur tout sujet relatif au droit des victimes d’actes racistes, antisémites ou de discriminations à caractère raciste. Les deux organismes deviennent partenaires privilégiés réciproquement.

Ces relations se veulent être complémentaires et de bonne confraternité, dans l’intérêt des victimes.

3 axes pratiques de collaboration sont prévus : 

- Renforcer les liens au niveau local
- Mettre en place des saisines réciproques pour améliorer la prise en charge globale des victimes
- Mettre en place des formations réciproques.

Connaître la LICRA

La Ligue Internationale contre le Racisme et l’Antisémitisme (LICRA) est une association fondée en 1927.
La LICRA, se plaçant en dehors de tout parti politique et de toute organisation philosophique et confessionnelle, a pour objet de combattre le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie. Au plus proche des victimes, la LICRA met à leur service ses compétences juridiques, représentées par sa plateforme d’accueil juridique et son réseau de plus de cent avocats bénévoles.
Au-delà de cette expertise, la LICRA peut compter sur sa force d’action militante mobilisée sur l’ensemble du territoire au travers de ses soixante sections locales.

 

 

2011

INAVEM / ANISCG : une meilleure coordination des interventions auprès des victimes au sein de la police et gendarmerie

Les deux institutions, l'INAVEM, fédération nationale regroupant les associations d'aide aux victimes souvent porteuse d'intervenants sociaux en services de police et de gendarmerie et l'ANISCG (association nationale d'intervention sociale en commissariat et en brigade de gendarmerie) ont signé leur convention de partenariat le 1er juin 2011 pour favoriser les actions de terrain de l'ensemble des intervenants sociaux.

Une trentaine de personnes représentant les ministère de la Justice, de l'Intérieur, les AAV INAVEM et des associations partenaires ont assisté à cette signature dans les locaux de l'INAVEM.

Depuis deux ans, INAVEM, représenté par son président Hubert Bonin, et l'ANISCG (association nationale d'intervention sociale en commissariat et en brigade de gendarmerie), représentée par son président, Thierry Delville, (au centre gauche de la photo) travaillent ensemble pour apporter un service toujours meilleur aux victimes et ce, grâce à un groupe de travail animé à l'INAVEM par la vice-présidente Nicole Tercq (à droite sur la photo), et Jérôme Bertin coordonnateur de l'animation réseau et à l'ANISCG, par Mesdames Paule Nicolas, vice-présidente (à gauche sur la photo) et Evelyne Biezanek, chargée de mission.

La formalisation de ce rapprochement axé vers le terrain se définit par trois objectifs de collaboration importants :
- amélioration de la coordination des professionnels de terrain, notamment par la mise en place d'outils adéquats
- collaboration institutionnelle, par des interventions en commun et des modules de formation à mettre en place
- une aide aux montages de projets, pour que l'association qui le souhaite puisse porter au mieux ces postes essentiels d'intervenants sociaux

Le président de l'INAVEM s'est dit " particulièrement heureux aujourd'hui de la reconnaissance des interventions de chacun, de la coordination de terrain et de la cohérence des dispositifs (...) et de de réunir la Justice et l'Intérieur sous une même bannière, celle de la réelle complémentarité des professionnels de nos deux associations, pour la satisfaction des personnes victimes d'infractions qui bénéficient des services des uns et des autres."

 

  

En 2010

La Fédération Française de Football, par l'intermédiaire de son Président Jean-Pierre Escalettes, et l'INAVEM (Institut National d'Aide aux Victimes et de Médiation), représenté présence par sa vice-présidente Michèle De Kerckhove, ont signé le 15 décembre 2009 au siège de la FFF une convention offrant la possibilité aux arbitres victimes d'agressions verbales, physiques ou d'atteintes à leurs biens, de bénéficier d'un soutien moral et psychologique dispensé par des professionnels.


Jean-Pierre Escalettes, Président de la FFF
"Cette démarche va dans le bon sens. Il faut que nos arbitres, chargés d'une mission de service public, se sentent soutenus, entendus et écoutés. Les chiffres prouvent que les agressions envers nos officiels sont en regression mais il ne faut pas s'en contenter et continuer à lutter contre toute forme d'incivilité. Je remercie la LFA, la DNA et l'INAVEM pour la mise en place de cette convention qui va pouvoir aider nos jeunes arbitres, et leur permettre de poursuivre dans l'arbitrage."

Fernand Duchaussoy, Président de la Ligue du Football Amateur (LFA)

"Un des objectifs de la LFA, c'est évidemment de lutter contre toute forme d'incivilité et de violence. Sur le million de matches disputés par saison, nous avons pu, grâce à l'Observatoire des Comportements, dresser des statistiques. Il y a 1,4% de rencontres qui engendrent des incivilités graves. Il faut désormais tenter, comme c'est le cas dans d'autres sports, de sacraliser l'arbitre. Il faut tendre vers la tolérance zéro pour les incivilités envers nos officiels dans les Ligues et les Districts. Souvent, nos arbitres nous reprochaient un manque de soutien et de suivi du point de vue psychologique. Avec la signature de cette convention, ils vont pouvoir être épaulés, écoutés et surtout bénéficier d'un suivi sur le long terme si le besoin s'en fait sentir. On a travaillé main dans la main avec la DNA, La Poste, le partenaire des arbitres et l'INAVEM pour mettre au point cette action tout simplement indispensable pour sécuriser nos arbitres."

Michèle de Kerchkove, représentait Hubert Bonin, le Président de l'INAVEM
"L'INAVEM, c'est une Fédération représentant plus de 150 associations d'aide aux victimes en métropole et Outre-mer. Je suis heureuse aujourd'hui de signer cette convention et ce partenariat avec la FFF. On veut pouvoir offrir aux arbitres une écoute, une aide immédiate et dans la durée, le cas échant."

L'INAVEM, fédération nationale des associations d'aide aux victimes est très heureuse, de pouvoir mettre au service des arbitres victimes son savoir faire et son expertise. Il y a deux possibilités :

-1) l'arbitre victime informe le référent au sein du district des faits et demande à être contacté par l'INAVEM. Techniquement, le référent va adresser une demande de prise en charge aux services de l'INAVEM. Un écoutant du 08VICTIMES en première instance prendra contact avec l'arbitre victime pour une écoute, un soutien moral et, si besoin est, une mise en relation directe avec l'association d'aide aux victimes de proximité pour un soutien ou un accompagnement psychologique.

-2) L'arbitre victime, s'il préfère faire la démarche, seul et par lui-même, peut appeler directement le 08VICTIMES qui lui offrira les mêmes serivces.

Marc Batta, Directeur National de l'Arbitrage (DNA)
"Je me réjouis de cette signature entre la FFF et l'INAVEM qui va permettre à nos arbitres dans les Ligues et les Districts de se sentir encore plus accompagnés et aidés. Les jeunes arbitres surtout, souffrent d'incivilités et ont besoin d'en parler. Grâce à l'action de l'INAVEM, ils pourront se confier, être entendus, se sentir soutenus et donc réussir à continuer dans l'arbitrage. Le mental est aussi important que la technique et le physique pour un arbitre. Avec cette convention, on va pouvoir donner une réponse adaptée sur ce premier point."

Enfin, Le groupe La Poste est un partenaire de la FFF sur les arbitres, c'est pourquoi, Vincent Relave, Directeur de Communication du Groupe La Poste était présnet lors de cette signature. "La Poste est toujours très concernée par ce qui se passe dans le monde de l'arbitrage. Nous nous réjouissons donc de la signature de cette convention aujourd'hui à la FFF."

 

A l'international, l'INAVEM a des liens avec une association homologue québécoise : Plaidoyer Victimes et sa présidente Arlène Gaudreault et avec le CIPC, centre international pour la prévention de la criminalité